LEOPOLD et BONAPARTE

The two men of my life, and the poetry, politics, music, and infinite glasses of wine we've shared

Good novels are not written by people who are frightened.

George Orwell

Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.

“For what it’s worth: it’s never too late to be whoever you want to be. I hope you live a life you’re proud of, and if you find that you’re not, I hope you have the strength to start all over again.”
— F. Scott Fitzgerald
For what it’s worth: it’s never too late to be whoever you want to be. I hope you live a life you’re proud of, and if you find that you’re not, I hope you have the strength to start all over again.

— F. Scott Fitzgerald

(via clubmonaco)

“The night isn’t dark; the world is dark. Stay with me a little longer. 

Your hands on the back of the chair— that’s what I’ll remember.”
— Louise Glück, from “Departure,” Meadowlands

“The night isn’t dark; the world is dark. 
Stay with me a little longer. 

Your hands on the back of the chair— 
that’s what I’ll remember.”

— Louise Glück, from “Departure,” Meadowlands

(Source: everyword-everytime, via wearingchampagne)

Faire de beaux rêves et vouloir les réaliser est la première, l’inévitable condition des grands coeurs. Il faut cependant qu’en entrant dans la vie la réalité et ses mille dégoûts frappent tôt ou tard l’espérance encore vierge, et l’abattent au plus haut de son vol. Ce n’est pas une phrase de moraliste que je dis là, c’est une vérité éternelle. La première expérience, Aimée, consiste à souffrir, elle consiste à trouver et à sentir que les rêves absolus ne se réalisent presque jamais ; ou que réalisés, ils se flétrissent et meurent au contact des choses de ce monde.
Un sentiment d’amère réflexion est donc le résultat de cette première épreuve. Le cœur, blessé dans son essence même, dans son premier élan, saigne et semble à jamais déchiré.
Cependant on vit et il faut aimer pour vivre encore ; on aime avec crainte, avec défiance, et peu à peu on regarde autour de soi, et on s’aperçoit que la vie n’est pas aussi triste qu’on l’avait jugée, on revient à soi, on revient au bonheur, à Dieu, à la vérité. Le cœur, plus ferme accepte les obstacles, les chagrins, les dégoûts même ; sûr de lui, il les prévoit, les combat et les change quelquefois en biens. Plus résigné, il jouit mieux des jours heureux, les appelle avec plus d’ardeur, les prolonge avec plus de soin. Il en vient enfin à se dire : le mal n’est rien, puisque le bonheur existe


— Alfred de Musset , Lettre d’amour à Aimée d’Alton

… In winter we will drink summer wine, and any day that you are mine will be a lovely day.

- Henri Mancini, 
Two for the Road

Hell, there are no rules here. We are trying to accomplish something.

Thomas Edison

- What if I fall?- Oh darling, what if you fly?

- What if I fall?

- Oh darling, what if you fly?

(Source: les-memorables)

Patrizio Buanne

—Parla Piu Piano

Parla più piano e nessuno sentirà, 
il nostro amore lo viviamo io e te, 
nessuno sa la verità, 
neppure il cielo che ci guarda da lassù. 

Insieme a te io resterò, 
amore mio, sempre così.


Pour toi mon chéri.
- P.L.